P.A.N.A.C.H.



PRÉVENIR LA MALADIE PAR LE SPORT ET LA NUTRITION

20 à 25% des cancers du côlon, du sein et de ­l’utérus pourraient être évités par la pratique du sport.

Le contrôle du surpoids et ­l’amélioration de l’hygiène alimentaire contribuent à réduire les risques de maladie.

CONTRÔLER LA MALADIE

Une activité physique régulière contribue à une meilleure qualité de vie :

  • Réduction de la fatigue et des épisodes dépressifs
  • Diminution du risque de sarcopénie (diminution de la masse ­musculaire) et autres effets secondaires de la chimiothérapie
  • Amélioration du sommeil, de l’image du corps et de la tolérance des traitements médicamentaux

Le soutien nutritionnel est essentiel car il permet d’éviter un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Ce ­déséquilibre obligerait l’organisme à utiliser ses réserves notamment musculaires, or le muscle donne l’énergie suffisante pour mettre en place l’activité physique.

GUÉRIR DURABLEMENT

Une activité physique après diagnostic d’un cancer du sein diminue de 24% le risque de récidive et évite à 28 % la ­survenue d’autres maladies notamment cardiovasculaires.
Cette diminution du risque est encore plus importante dans le cas des cancers du colon et du rectum.

Un bon état nutritionnel après un cancer permet de ­retrouver plus rapidement une vie saine et active. Il permet de ­réduire les risques de ­récidive et de participer au ­maintien voire au ­renforcement d’une activité physique régulière et de qualité.


Abonnez-vous à notre newsletter



Ils nous soutiennent ! alors pourquoi pas vous ?